Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

Nager pour Christ : apprendre à respirer

Alors que les Jeux olympiques de Tokyo 2020, qui avaient été reportés, battent leur plein, nous n’avons trouvé meilleure interlocutrice pour parler de sport et de foi qu’une personne qui a elle-même atteint le niveau olympique en natation – en faisant partie de la pré-équipe de Madagascar aux JO de 2000.

Aujourd’hui, vous trouverez Hasina Boulter en train d’enseigner la natation dans une école internationale chrétienne aux Philippines. Elle est l’une des nombreux missionnaires OMF qui ont su allier intérêt sportif à l’annonce de la bonne nouvelle en Jésus-Christ.

Un début surprenant

« Enfant j’avais peur de l’eau », me raconte Hasina. Elle m’explique comment à l’âge de 7 ans elle avait failli être emportée par une grande vague lors d’une sortie à la plage. Il lui fallut trois ans avant de pouvoir retourner dans l’eau… ». Même là, me dit-elle, « je ne le faisais pas de manière très sérieuse et je cherchais toujours à fuir les activités nautiques dès que possible. Les cours particuliers lui donnèrent toutefois confiance en elle et son professeur lui suggéra de rejoindre un club de natation. « C’est là que j’ai commencé par progresser, » me dit Hasina; « et j’ai participé à mon premier gala à la fin de cette même année. » Elle avait simplement espéré ne pas arriver dernière! Elle arriva avant dernière mais n’abandonna pas pour autant et se retrouva très vite dans l’équipe junior nationale.

Hasina résume cette période ainsi: « ma vie n’était faite que de natation. » Elle nageait au moins une fois par jour et jusqu’à trois fois par jour lorsqu’il y avait des compétitions. 

Hasina alla représenter son pays lors des jeux de l’Océan Indien et fut dans l’équipe des JO de 2000 – « la plus haute distinction de ma carrière de nageuse » – même si elle ne participa pas elle-même aux Jeux Olympiques.

A l’âge de 19 ans, Hasina déménagea en Afrique du Sud mais ne fit de la natation que pendant six mois. Qu’est-ce qui avait changé entre-temps?

D’abord le niveau de natation était beaucoup plus élevé là-bas et sa performance ne progressait plus, mais le plus important, raconte Hasina, c’est que « Jésus était entré dans ma vie ». Elle se convertit à l’âge de 15 ans et sentit que Dieu l’appelait à Son service. Son déménagement en Afrique du Sud fut comme un nouveau départ dans sa vie et elle put se concentrer davantage sur sa relation avec Jésus pour apprendre à mieux Le connaitre.

Prends ce Fardeau

Vous pensez peut-être que c’est l’histoire de beaucoup de sportifs chrétiens qui sont tiraillés entre leur foi et leur sport mais Hasnia explique que ce n’était pas tout à fait comme ça pour elle.

Elle demanda à Jésus de conduire ses pas et réalisa petit à petit que la vie c’était bien plus que la natation de compétition. Ce n’était pas facile de remettre son sort à Dieu car il y avait beaucoup de pression autour d’elle, de la part de ses parents, de ses entraîneurs et de son pays alors elle dit au Seigneur: « S’Il te plaît Jésus, prends ce fardeau. Je te remets ma natation et si Tu me la redonnes, alors pas de problème, j’accepte, sinon, pour moi c’est terminé. »

Hasina quitta le monde de la natation mais pas pour longtemps.

Une nouvelle Réussite 

A présent, Hasina passe beaucoup plus de temps dans son église qu’à la piscine . C’est là où elle rencontra Tanya qui devint son amie et ensemble elles firent l’école du dimanche. Tanya continuait d’aimer nager et pour finir, les deux amies décidèrent d’ouvrir une école de natation. Hasina qui étudiait alors les relations publiques réalisa qu’elle ne voulait pas se retrouver enfermée dans un bureau et qu’elle préférait donner des cours de natation. Elle prit des cours avec Tanya à Swim South Africa pour devenir entraîneuse.  

Hasina raconte que cela lui procura beaucoup de joie et lui donna un sentiment de réussite, bien au-delà de ce qu’elle avait pu ressentir lorsqu’elle reçut des médailles ou battait son propre chrono. Elle a sentit également que Dieu lui disait qu’il pourrait se servir de cet outil pour Sa gloire.

Une diversion

C’est certainement ce qu’ Hasina a découvert au cours de ses quatre années passées à la Faith Academy (Institut Biblique de la Foi). En tant que responsable du centre aquatique, elle a donné des cours de natation, encadré des équipes et permis à la ville et à d’autres ministères chrétiens d’utiliser son centre.

Pourtant tout cela ne faisait pas partie de son plan. C’est dans son église d’Afrique du Sud qu’Hasina rencontra Bruce, son futur mari. Ensemble ils avaient décidé de partir en mission et commencèrent une formation interculturelle pour servir ensemble. Puis Bruce tomba malade d’un cancer du colon; neuf mois plus tard, il partit auprès du Seigneur. Hasina raconte qu’à ce moment-là elle dit au Seigneur qu’elle ne partirait pas en mission toute seule et qu’en fait elle ne partirait plus du tout!

Mais Dieu avait d’autres plans

Hasina continue son récit: « fin 2014, le Seigneur me rappela l’appel qu’Il avait mis sur ma vie. Oui Bruce mon défunt mari avait eu son appel et son temps de ce côté du ciel était terminé mais pas le mien. » Hasina décida alors de terminer le cours sur la mission qu’elle avait commencé avec Bruce. 

A la fin de sa formation, elle eut l’occasion d’aller en France mais elle préféra l’Asie et sauta sur l’occasion de faire un voyage de courte durée en Asie de l’Est avec OMF. « Là vous entendez souvent les gens vous dirent: vous serez peut-être la seule Bible que les gens liront » raconte-t-elle et aussi:  » les gens meurent alors qu’ils n’ont pas encore entendu la bonne nouvelle de Christ » et vous vous dites: c’est vrai? » et c’est vraiment ce que j’ai vu là-bas », souligne-t-elle. Alors que faire?

Hasina raconte que son expérience à court-terme lui a montré le besoin de soutenir les misisonnaires à long-terme qui servent déjà à l’étranger. Elle réalisa que devenir professeur serait un bon moyen de le faire et la Faith Academy lui offrit l’occasion qu’elle recherchait. Cette école chrétienne internationale permet aux missionnaires de continuer de servir à l’étranger tout en apportant une éducation de qualité reconnue au niveau international à leurs enfants.

« Ma première motivation en choisissant de venir ici est de pouvoir m’occuper des enfants de missionnaires » nous raconte Hasina. Enseigner la natation permet de sauver des vies et transmet un don que d’autres pourront apprendre. Tout le monde devrait pouvoir apprendre à nager et Hasina est ravie de pouvoir dispenser ces cours dans le cadre du programme scolaire de la Faith Academy et de donner des leçons de natation gratuites à la communauté. Ce qu’Hasina désire par-dessus tout, c’est « de pouvoir aider les enfants de missionnaires à garder les yeux fixés sur le Seigneur et à grandir dans leur foi personnelle, pas juste celle de leurs parents » [faith]’. 

En fait Hasina voit de nombreux parallèles entre sa foi en Christ et la natation. « J’apprends aux gens à respirer » dit-elle, « car plus que tout, la natation c’est apprendre à respirer dans l’eau et en dehors de l’eau. Si on ne sait pas faire, le reste ne peut pas suivre. Alors comment respirer? « Par le souffle de la vie en Jésus! » Tout en apprenant à ses élèves comment respirer, Hasina veut aussi leur faire découvrir le souffle de vie!

Hasina trouve que les cours de natation sont aussi une bonne occasion d’écouter les autres. Lorsque les gens ont du mal à nager ou respirent désespérément, c’est souvent parce que, comme elle, ils ont vécu un traumatisme dans l’eau lorsqu’ils étaient enfants. Elle explique que les cours de natation deviennent alors souvent des cours de relation d’aide où elle demande aux élèves ce qui s’est passé dans leur vie. Elle les accompagne ainsi, chacun à son rythme et elle voit là un signe de la bonté du Seigneur qui « nous appelle tous ensemble, mais « connaît les expériences uniques des uns et des autres. « 

Hasina partage aussi l’autre grand aspect de la natation: savoir flotter. « Lorsqu’on travaille avec l’eau, l’eau devient votre amie » me dit Hasina, « c’est nous qui luttons contre le mouvement et nous pensons que plus nous faisons de mouvements, plus vite nous arriverons alors qu’en fait, plus on est détendu et plus on flotte, plus vite on arrive à l’autre bord, en parlant de Jésus. Hasina peut ainsi parler de notre grand Ami qui veut que tous arrivent à la plénitude et à la paix.

Au sein de la Communauté

Hasina est la première directrice à plein temps du centre aquatique de la Faith Accademy. Cela lui laisse le temps d’ouvrir le centre à d’autres utilisateurs comme des services de la ville ou d’autres ministères chrétiens des Philippines. Hasina me raconte avec enthousiasme que plusieurs baptêmes ont eu lieu dans la piscine dont des maîtres-nageurs sauveteurs philippins tout récemment! La piscine sert également de lieu de formation de sauvetage (et l’occasion pour les étudiants d’y trouver un job d’été et de faire carrière pour certains), ou de lieu de fête pour la ville. Hasina cherche toujours des moyens de bénir ses étudiants ainsi que la ville.

En conclusion de notre entretien, je vous invite à méditer sur ces paroles de Jésus: « celui qui veut sauver sa vie la perdra et celui qui perd sa vie la trouvera. » (Matthieu 16:25). Hasina abandonna la natation pour la retrouver dans une plus grande bénédiction, pour elle-même et pour son entourage.

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.