Religions: L’Islam

L’islam est une religion monothéiste fondée sur le culte d’Allah (nom arabe de Dieu). L’islam tire ses enseignements du Coran, le livre saint musulman contenant les paroles inspirées d’Allah, telles qu’elles ont été dictées au prophète Mahomet au VIIème siècle de notre ère. Les cinq piliers sont les cinq actes d’obéissance essentiels exigés des croyants musulmans.

L’islam est la deuxième plus grande religion du monde. Ses origines remontent au Moyen-Orient, mais il est devenu depuis une religion très répandue en Asie de l’Est. L’influence omniprésente des croyances animistes locales, notamment en Asie du Sud-Est, crée un islam populaire dans certaines régions.

L’islam est fondé par Mahomet vers 610 après J.-C. Mahomet est né à la Mecque, en Arabie (aujourd’hui Arabie Saoudite), en 570. La religion locale était une ancienne forme d’animisme sémitique qui reconnaissait de nombreux dieux, déesses et anges et un dieu suprême appelé Allah. Un fort sentiment de fatalisme prévalait. En plus des peuples sémitiques nomades, il y avait des communautés juives et chrétiennes en Arabie occidentale. Mahomet était donc entouré d’un mélange de croyances religieuses qui ont influencé le développement de L’islam.

Il était particulièrement religieux, jeûnant souvent, rêvant et méditant. Déçu par les religions polythéistes locales, il croyait fermement qu’il n’y avait qu’un seul vrai dieu. À l’âge de 40 ans, alors qu’il vivait encore à La Mecque, il a commencé à recevoir des révélations (messages de Dieu). Au début, Mahomet n’était pas certain de l’origine de ces révélations, s’il s’agissait de messages divins ou démoniaques. Finalement, convaincu de leur divinité, il a continué à les recevoir jusqu’à sa mort. Parfois, les révélations étaient prononcées par un ange. Elles ont ensuite été écrites pour former le Coran, le livre saint de l’islam.

Mahomet avait une bonne réputation. Il gagna rapidement un petit nombre d’adeptes, mais les polythéistes s’y opposèrent. Les persécutions ont finalement contraint Mahomet et ses disciples à s’installer à Médine en 622. Médine était divisée entre deux communautés hostiles, mais la plupart croyaient que Mahomet était un prophète. Ensemble, elles ont formé une nouvelle communauté avec les immigrants de La Mecque. Ce fut effectivement le début du monde islamique. Il a été suggéré que l’attente du Messie par les Juifs a pu influencer leur acceptation de Mahomet comme prophète. L’islam a commencé à prendre la forme que l’on lui connaît aujourd’hui, qui inclut les rituels de la prière, du jeûne, de l’aumône et du pèlerinage à la Mecque.

La nouvelle religion n’est pas acceptée par les communautés juives et chrétiennes locales. Plusieurs clans juifs rejettent le Coran et s’opposent à Mahomet. Deux clans juifs sont bannis et il s’ensuit une effusion de sang. Mahomet se détourne de sa vision de Jérusalem comme centre de culte/pèlerinage pour l’islam, pour revenir à la Mecque. Il revient avec des troupes et conquiert la Mecque. Mais comme il traite bien les Mecquois, la plupart deviennent musulmans. De nombreuses tribus d’Arabie se convertissent également. Mahomet en devient le chef religieux et politique.

Lorsqu’il meurt en 632, il n’a pas désigné de successeur. Le peuple élit Abu Bakr, l’un des premiers adeptes. Ce dernier régna environ deux ans, suivi par trois autres califes (successeurs de Mahomet). Cependant, les questions de succession, de tradition et de règle ont conduit l’islam à se diviser en deux traditions, qui perdurent aujourd’hui : les sunnites et les chiites.

Croyances et pratiques

L’islam enseigne que Jésus n’est pas le fils de Dieu et n’a pas été crucifié. On pense qu’il était un prophète dont l’œuvre a été supplantée par Mahomet, le dernier des prophètes. Les autres prophètes sont Adam, Noé, Abraham et Jean-Baptiste.

Le Coran n’est considéré comme authentique qu’en arabe. En Asie de l’Est certaines personnes peuvent le lire sans le comprendre complètement.

Certains musulmans pensent que les premiers textes de la Bible étaient les mêmes que les livres de leurs prophètes, mais qu’ils ont été modifiés par les juifs et les chrétiens, et ne sont donc pas crédibles.

La vision islamique de Dieu (Allah) présente certaines similitudes avec la vision chrétienne et, historiquement, on peut dire qu’elle dérive de la vision judéo-chrétienne. Toutefois, elle diffère en ce qu’elle n’accepte pas la trinité et ne considère pas Dieu comme un père.

Les cinq piliers :

1.           Témoignage de foi (Shahada) : « Je témoigne qu’il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah ; je témoigne que Mahometest son prophète ».

2.           La prière (Salat) : cinq fois par jour à heure fixe.

3.           L’aumône (Zakat) : aumône donnée aux pauvres, aux prisonniers ou aux voyageurs – généralement 2,5 % du revenu.

4.           Le jeûne (Sawm) : pendant le Ramadan, chacun doit s’abstenir de manger, de boire, de fumer et d’avoir des relations sexuelles pendant la journée.

5.           Pèlerinage (Haj) : pèlerinage à la Mecque effectué au moins une fois dans la vie.

Pourquoi l’islam est-il attrayant ?

– Certitude et tradition.

– Sentiment de communauté et d’identité.

– La prière est importante.

– Sens de la grandeur de Dieu.

– Permet de prendre conscience et d’apprécier la réalité spirituelle.

L’islam en Asie de l’Est

L’islam est né dans le monde arabe. Il s’est répandu en Égypte, en Syrie et en Irak après la mort de Mahomet, puis en Iran. Au cours du siècle suivant, il s’est répandu dans ce qui est aujourd’hui l’Afghanistan, le Pakistan, l’Afrique du Nord, l’Espagne et le sud de la France. De l’Asie centrale, il s’est répandu dans le nord-est de la Chine. Plus tard, elle a gagné l’Inde, puis l’Indonésie, la Malaisie et les Philippines. L’Asie du Sud-Est constitue le plus grand bloc géographique de musulmans dans le monde. Un quart de la population islamique mondiale vit en Asie de l’Est et 40 % de la population totale de l’Asie du Sud-Est est musulmane.

L’islam d’Asie orientale diffère de celui du monde arabe. La culture de l’Asie de l’Est et du Sud-Est est plus détendue que celle du Moyen-Orient et, en raison de la pluralité religieuse dans la plupart des pays, l’islam ne domine pas de la même manière. Dans de nombreuses régions, la forme d’islam suivie est l’islam populaire, un mélange d’islam et de croyances animistes. Les principes de l’islam sont respectés, mais il existe également de nombreux rituels et coutumes non islamiques.

L’islam en Indonésie

En Indonésie, plus de 80 % de la population est musulmane. Il ne s’agit toutefois pas d’un État islamique. La liberté de religion est garantie par la constitution et certains des pères fondateurs de la nation étaient chrétiens. Pourtant, une « islamisation » des institutions telles que l’armée et le gouvernement a eu lieu ces dernières années.

L’islam en Malaisie

Être malais signifie généralement être musulman. En Malaisie, l’islam est suivi par 55 % de la population, et au Brunei par 71 %. L’islam est la religion d’État du Brunei et l’islam sunnite est la religion officielle de la péninsule malaise.

L’islam en Chine

En Chine, plusieurs nationalités minoritaires sont musulmanes, ou partiellement islamiques, notamment dans le nord-ouest. Avant le XIVe siècle, certaines de ces minorités étaient chrétiennes mais dans le contexte du développement des religions chinoises, les groupes chrétiens se sont mélangés aux groupes islamiques.

L’islam sunnite

L’islam sunnite reconnaît le successeur de Mahomet comme le calife, le dirigeant des croyants. Le calife est élu par la communauté dans la tribu à laquelle Mahomet appartenait. Les califes n’étaient pas des prophètes, puisque Mahomet était « le sceau des prophètes », mais des protecteurs de la tradition, des dirigeants et des administrateurs. Les sunnites ont élaboré un système juridique appelé la charia, qui est au cœur des pratiques et des croyances de l’islam. Le système des califes a été supprimé en 1924, le pouvoir étant transféré aux gouvernements des États musulmans, à condition qu’ils respectent la charia. Aujourd’hui, 90 % des musulmans sont sunnites.

La charia fait actuellement l’objet de débats dans le monde islamique. Certains érudits estiment qu’une réinterprétation du système juridique est nécessaire afin de permettre le développement politique, social et économique.

L’islam chiite

Dix pour cent des musulmans suivent l’islam chiite. Ils reconnaissent l’imam comme la principale figure d’autorité et le successeur de Mahomet. L’imam, croit-on, a été nommé par Mahomet et possède la capacité infaillible et inhérente d’interpréter le Coran. Le premier imam, Ali, était le cousin de Mahomet et était censé avoir hérité de ses qualités spirituelles.

Aujourd’hui, la plupart des chiites vivent en Iran. Ils croient que chaque imam est divinement nommé, faisant partie d’un cycle d’héritage de la spiritualité de Mahomet. Les plus hauts chefs spirituels en Iran sont les ayatollahs.

Soufisme

Le soufisme est une troisième tradition au sein de l’islam. Il ne s’agit pas d’une division ou d’une secte comme les sunnites et les chiites, mais d’une tradition spirituelle qui peut être suivie par tout musulman. Le soufisme est une doctrine et une pratique mystique, fondée sur l’amour de Dieu et la recherche de l’intimité avec lui. Étant donné que l’islam considère que Dieu est préoccupé par la justice avant l’amour, il s’agit d’une discipline importante. Les soufis se considèrent comme des chercheurs, et un individu se désigne lui-même comme « celui qui essaie d’être un soufi ». Leur voie implique une purification spirituelle par la mortification, la prière et l’effort. On passe par plusieurs étapes dont le repentir, la conversion, la pauvreté et l’amour. Cependant, l’effort humain ne suffit pas. Les soufis recherchent également une grâce de Dieu, qui est reçue sans effort. Cette grâce est reconnue dans des états tels que l’intimité, la séparation et la connaissance. Le soufisme est très présent en Asie orientale et a contribué au développement de l’islam populaire.

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.