Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

Réflexions lors d’un enterrement thaïlandais

Réflexions lors d’un enterrement thaïlandais

Tout a commencé avec l’habitude de David d’envoyer ses vœux d’anniversaire à tous ceux qui apparaissent sur son compte Facebook. Rung était notre premier voisin en Thaïlande et nous avons maintenu le contact au fil des ans avec des visites régulières et des messages. Lui et sa famille nous ont accueillis et se sont occupés de nous dans notre premier lieu après l’école de langue. À l’époque, nous nous sentions tellement inadaptés en essayant de parler et de partager la vie avec cette famille, et pourtant ils ont gentiment persévéré avec nous, nous ont invités, sont venus à nos événements, ont partagé des recettes, ont regardé le football et sont devenus nos premiers vrais amis thaïlandais.

C’était donc le 66e anniversaire de Rung. David a envoyé son salut habituel et a rapidement reçu une réponse avec un message personnel. La fille de Rung a partagé que son père était décédé la veille. Les funérailles thaïlandaises se déroulent sur plusieurs jours, avec beaucoup de cérémonies et de signification religieuse. Nous avons rapidement regardé notre calendrier et avons découvert que nous pourrions assister à l’une des soirées de mérite.

C’est environ un trajet de 2 heures pour revenir à Wiset et nous nous sommes dirigés vers le temple où se déroulait l’enterrement. Nous sommes arrivés tôt et avons discuté avec les 2 enfants adultes de Rung. Ce sont ces enfants qui fréquentaient nos clubs d’anglais et venaient aux fêtes d’anniversaire de notre fille. J’ai rapidement attrapé une poignée de vieilles photos à partager de nos premiers jours à Wiset. La famille a parcouru ces photos avec beaucoup de joie dans les souvenirs, surtout en voyant des photos de leur père.

L’une des plus jeunes enfants sur mes photos était la cousine Petada. Peu de temps avant le début de l’enterrement, une jeune femme adorable est apparue et s’est présentée. « Je suis Petada ! Reconnaissez-vous mon mari ? » Nous avons regardé l’homme un peu perplexe… Désolé, nous ne sommes pas sûrs de qui vous êtes ! Nous nous sommes assis et l’histoire s’est déroulée. Sur mes photos se trouvait Petada, âgée de 3 ans, courant autour de notre première maison à Wiset, jouant avec notre fille et ses cousins. Oat, son mari, a sorti son téléphone portable et a montré une photo très ancienne de mes 2 enfants assis sous un parasol sur notre pelouse devant notre deuxième maison à Wiset, avec un petit garçon thaïlandais. Alors que nous en parlions, et que Petada et Oat en parlaient ensemble, nous avons réalisé que ces deux enfants à différents moments et dans différents quartiers étaient venus jouer chez nous et passer du temps avec nos enfants. Tous deux avaient de bons souvenirs des missionnaires qui vivaient à côté, étaient venus à nos activités de Noël et clubs de vacances et avaient passé du temps à jouer avec des Legos et des Barbies. Ils ne se sont pas rencontrés avant de fréquenter l’école normale des professeurs de nombreuses années plus tard, et maintenant Petada enseigne l’anglais et Oat enseigne la physique dans la même école secondaire.

La salle s’est remplie et les moines sont arrivés. La prochaine heure a été passée à écouter les moines chanter en pali, cachant leurs visages derrière de grands éventails ronds qui disaient des choses comme « naissance, douleur, vieillissement et mort », « il n’y a pas de résurrection », « il n’y a pas d’éveil de la mort », « une fois que vous êtes parti, vous ne pouvez pas revenir ».

Les moines sont sortis de la salle et les endeuillés se sont levés, emportant un petit sac de collations et une boisson pour le trajet du retour à la maison. Nous avons pris des photos avec la famille et nous nous sommes serrés la main dans la tristesse, mais j’ai emporté avec moi une lueur d’espoir que l’amour de Jésus vécu dans la vie des petits enfants grandirait et porterait ses fruits dans la vie de ces jeunes adultes. Chacun d’eux a rencontré un missionnaire qui essayait timidement de partager Jésus… maintenant, par l’Esprit Saint, qu’ils puissent rencontrer Jésus par eux-mêmes. S’il vous plaît, priez pour les fruits des enseignements semés par beaucoup dans le ministère des enfants ici en Thaïlande.

Écrit par Tina Cannon
Tina est une missionnaire de l’OMF servant à Bangkok, en Thaïlande.

Tina est une missionnaire de l'OMF servant à Bangkok, en Thaïlande

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.