Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

Preparer le terrain

En préparant notre entretien par Skype, Daniel Zwygart m’avait prévenu que le mauvais temps ou une coupure de courant pourraient nous empêcher de nous connecter. Ce sont les réalités de la vie dans la campagne cambodgienne, où lui et sa femme Wei Wei font partie d’une équipe qui implante des églises avec OMF depuis de nombreuses années. Comme il l’avait prédit, nous avons été interrompus pendant quelques minutes par une coupure de courant. Et, bien sûr, une averse digne de la saison des pluies tambourinait sur le toit en tôle dans la deuxième partie de notre appel.

Les débuts

J’étais intrigué de savoir comment Daniel était passé du statut de chef dans des hôtels 5 étoiles en Suisse à celui d’implanteur d’églises au Cambodge. Il m’a dit qu’il ne s’était jamais vu servir Dieu à l’étranger car il pensait que d’autres seraient plus qualifiés. « Cependant, plus je réalisais qu’en Jésus j’ai vraiment reçu tout ce dont j’ai besoin, plus il m’apparaissait évident que d’autres personnes avaient besoin de Jésus tout autant que moi- a-t-il déclaré- et de manière inattendue, Dieu m’a convaincu, au cours de plusieurs années, qu’il m’appelait vraiment à être missionnaire interculturel ». Le Cambodge était également inattendu. En 1995, un article de presse détaillant les souffrances de cette nation qui a terriblement souffert sous les Khmers rouges a attiré l’attention de Daniel. Cela correspondait à ses lectures bibliques de Néhémie, qui, après avoir entendu un rapport sur Jérusalem, a cherché Dieu dans la prière et a voulu aller reconstruire les murs de la ville.

Poser des fondations

Huit ans plus tard, Daniel a atterri au Cambodge en tant qu’ouvrier OMF à long terme. Depuis lors, il a servi dans trois équipes d’implantation d’églises rurales différentes. Qu’est-ce qui motive Daniel et Wei Wei dans leur ministère ? Daniel explique que, selon les mots de Paul, « l’amour du Christ nous oblige » à ne plus vivre pour nous-mêmes mais à partager l’Évangile (2 Corinthiens 5:14-15). En particulier, Daniel dit qu’il semble injuste que, même dans le monde globalisé d’aujourd’hui, de nombreuses personnes n’aient toujours pas l’occasion d’entendre la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. Cette passion les a conduits en 2018 dans la province de Mondulkiri, au nord-est du Cambodge. Ce district isolé, entouré de forêts, abrite environ 20 000 personnes. Les Zwygart se concentrent sur la capitale du district et les villages environnants où il n’y a toujours pas d’église parmi le peuple khmer.

Bien qu’il y ait quelques chrétiens au sein d’un groupe tribal, ils ont du mal pour diverses raisons, à partager l’Évangile avec la majorité du peuple khmer. Les progrès sont toutefois lents. Daniel et Wei Wei font leur culte ensemble tous les dimanches, mais n’ont été rejoints que quelques fois par des personnes intéressées. Avant l’arrivée du COVID, ils sortaient l’après-midi pour partager l’Évangile et distribuer de la littérature chrétienne. En 2019 et début 2020, ils ont également conduit une étude biblique hebdomadaire avec une famille qui voulait en savoir plus sur Jésus. Pour l’instant, cependant, aucun des nombreux amis des Zywgart n’est prêt à s’engager envers Jésus.

Continuer à avancer

Daniel dit que lorsque nous sommes des pionniers, parmi les premiers à partager l’amour de Jésus avec les gens, il peut se passer beaucoup de temps avant que nous ne voyions beaucoup de fruits visibles. Il est donc facile de se décourager si nous ne savons pas clairement ce que nous pouvons faire et ce que Dieu seul peut faire. Il explique : Dès que nous commençons à mélanger ces deux choses, nous entrons dans des eaux troubles. Notre rôle est de partager l’Evangile et de prier, en attendant que Dieu porte du fruit ; le rôle de Dieu est de changer les c?urs et de sauver les gens. Daniel ajoute qu’ils continuent à avancer par la foi : « Je sais que ma récompense n’est pas dans un ministère soi-disant réussi, mais en Dieu lui-même. Je ne suis pas ici pour faire mes preuves. Non, je suis ici pour apporter la gloire à Dieu ». Les Zwygaret ont à c?ur qu’un jour, « le semeur et le moissonneur se réjouissent ensemble » (Jean 4:37-38). Daniel explique : En tant que missionnaires pionniers… nous ne verrons peut-être pas nous-mêmes une grande récolte. D’autres le feront. Mais pour pouvoir récolter, il faut d’abord semer – et dans l’économie de Dieu, semer implique un dur labeur. En fait, avant de pouvoir semer, il faut peut-être d’abord labourer le champ et enlever toutes les pierres, afin que la graine puisse porter du fruit’.

Si Daniel et Wei Wei doivent persévérer pour préparer le terrain et semer, ils ne travaillent pas seuls. Daniel explique que le soutien de leurs églises d’envoi et de leurs partenaires de prière, répartis sur la moitié du globe, de la Suisse à Taïwan, est une partie essentielle de leur ministère et un grand encouragement : « Ce qui nous encourage en tant que missionnaires, c’est lorsque les partenaires de prière répondent à notre lettre de prière… Certaines personnes répondent presque chaque mois. Ils prient pour des personnes en donnant leur nom… Nous sommes une équipe et ils ne sont pas moins importants que nous ici. Et c’est sûr que leurs prières nous soutiennent aussi pour continuer à avancer, par la foi’.

PAR  REUBEN GRACE

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.