Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

Drôles d’Oiseaux et autres mystères

Pour être honnête, nous pensions avant que les missionnaires étaient  des « drôles d’oiseaux »: des gens assez gentils mais quelque peu inhabituels. Jeremy et moi avions appris à respecter leur travail et nous aimions entendre leurs récits d’implantation d’églises tribales. mais jamais nous n’aurions imaginé que l’un d’entre nous serait appeler à servir dans un contexte interculturel avec cette équipe internationale de marginaux. Notre Dieu a un merveilleux sens de l’humour, n’est-ce pas ?

Après l’université, nous avons rejoint la flotte des professionnels diplômés qui s’efforcent de rembourser leurs emprunts étudiants, acheter une maison et peut-être même fonder une famille. Membres actifs de notre église, nous avons dirigé un groupe de maison, aidé à la louange et à l’école du dimanche, et financé plusieurs missionnaires dans notre ville et à l’étranger. Nous faisions notre part, et vivions confortablement à l’endroit où Dieu nous avait établis.

Pourtant, Dieu avait d’autres plans pour la décennie suivante. Après deux voyages missionnaires à court terme avec notre église dans le nord de la Thaïlande, le Seigneur nous a touché tous les deux séparément et de manière singulière pour nous montrer Sa volonté et Son appel à venir travailler en Thaïlande. Après notre retour, nous avons passé les cinq années suivantes à nous débattre avec cette idée pour finalement nous préparer à écouter (enfin) l’invitation que Dieu nous lançait. Nous nous sommes finalement engagés, mais avec la ferme intention de revenir au bout de 5 ans maximum.

Travailler avec une tribu des collines aux côtés de l’équipe OMF Mekong ne s’est pas déroulé tout à fait comme nous l’avions prévu. Nous avons découvert que Dieu œuvre par des portes mystérieuses ouvertes auxquelles nous ne nous attendions pas, par des rencontres « fortuites » qui se transforment en relations ordonnées par Dieu, et par Sa main qui nous guide, nous conduit nous aide à chaque étape du processus.

Cela fait maintenant plus de 5 ans que nous vivons et servons dans le nord de la Thaïlande et nous n’avons aucun projet imminent de retour en Nouvelle-Zélande. Nous servons dans notre quartier thaïlandais local ainsi que dans la grande école internationale située non loin de notre maison. Notre ministère vise à atteindre les Thaïlandais du Nord, et nous le faisons de manière pratique, selon la volonté de Dieu : en organisant des soirées-jeux de société, en passant du temps avec les gérants de cafés/magasins et avec tous ceux que Dieu place dans nos vies, en nous associant aux églises thaïlandaises locales pour soutenir leurs actions de sensibilisation, en aidant à combler les lacunes de l’église, et en étant tout simplement disposés et disponibles pour intervenir chaque fois que nous sommes invités à le faire. En plus d’être le mentor de 2 ou 3 lycéens tout en étant entraîneur de basket-ball bénévole au cours des 4 dernières années, Jeremy a récemment accepté un poste d’enseignant à plein temps en sciences humaines pour des élèves de 13 et 14 ans. La moitié de ses étudiants sont des Thaïlandais du Nord, et Dieu a clairement ouvert cette porte afin de développer les opportunités de ministère de Jeremy sur le campus.

La plus grande porte ouverte, cependant, a été celle de nos enfants. Nos filles – Cora (9 ans), Gwyneth (7 ans) et Lena (3 ans) – continuent d’être un instrument clé dans la manière dont Dieu nous utilise ici en Thaïlande. Nous avons eu des conversations très ouvertes et honnêtes avec certaines familles thaïlandaises en lien avec les classes de nos enfants sur la façon dont nous vivons en famille, les raisons pour lesquelles nous vivons et travaillons ici, et les questions de foi. Faire du scooter avec nos enfants est un excellent moyen de rencontrer nos voisins et d’avoir des conversations avec eux. Déjeuner au café du coin ouvre forcément la voie à des conversations avec le patron, ses employés  ou les clients. C’est le genre de ministère qui peut être transplanté n’importe où, en comblant les fossés culturels grâce au temps et à l’attention que l’on accorde aux personnes que Dieu place dans notre vie. Vous n’avez pas besoin d’un diplôme prestigieux ou d’être un évangéliste expert. Tout ce que le Seigneur demande, c’est un cœur ouvert et disposé à chercher activement Sa volonté et à suivre Sa direction. Peut-être qu’une petite tendance à être un « drôle d’oiseau » peut aider.

Jeremy & Dee Anne Freeman
Missionnaires Interculturels en Thaïlande avec OMF

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.