Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

COMMENT LE MINISTÈRE À TAIPEI SOUTIENT LA MISSION DE PROXIMITÉ À BELFAST

En 2018, après 32 ans passés à Taïwan avec OMF, Linda McFerran est rentrée chez elle en Irlande du Nord. Elle raconte ici comment ce qu’elle a appris à l’étranger l’a aidé à partager la bonne nouvelle de Jésus dans un tout autre contexte.

“Laissez Taïwan toucher votre cœur” était le thème d’une chanson de l’office de tourisme de Taïwan il y a quelques années. Je peux clairement m’identifier à cette phrase : après 32 ans passés à Taiwan, c’est vraiment là qu’est ma place. C’est là que j’ai tant appris de l’amour, de la grâce et de la puissance de Dieu et que j’ai vécu une vie abondante et riche.

À Taïwan, j’ai travaillé parmi les personnes issues de foyers brisés : enfants, jeunes et leurs familles. J’avais à cœur de voir les relations familiales restaurées en Christ. De retour en Irlande, cependant, tout était inconnu… je ressentais de la peur, de l’incertitude, et un profond sentiment de chagrin et de perte.

Même si j’allais aider mes parents, je savais que j’avais encore de l’énergie et de la force pour servir le Seigneur, mais comment ? Où ? Dans quelle mesure ?

Le Seigneur m’a guidée très clairement lorsque j’ai réintégré mon église d’origine – oui, j’ai eu l’impression d’être rentrée ‘à la maison’. Bien sûr, il y a eu beaucoup de changements, mais c’était merveilleux de voir comment le Seigneur préparait le chemin.

Évangéliser, s’occuper des familles, aider les enfants issus de familles dysfonctionnelles, exercer la compassion et manifester la bonté de Dieu dans ma ville, toutes ces choses faisaient déjà partie de ma vie à Taïwan. J’étais vraiment étonnée de revenir dans mon église presbytérienne de Woodvale qui  se situe dans la banlieue nord de Belfast, une région appauvrie qui a terriblement souffert pendant les 30 années de Troubles et d’y trouver les mêmes besoins qu’à Taïwan. Mais j’ai été touchée et fascinée de voir qu’il y a un réel désir d’aider ces personnes dans une approche nouvelle et avec des moyens beaucoup plus créatifs qu’avant.

En travaillant à Taïwan, j’ai appris à reconnaître ces cinq thématiques, qui sont toujours d’actualité en Irlande du Nord :

1. Regarder

Le Seigneur Jésus nous a dit : « Levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson. » (Jean 4:35). Oui, même en Irlande du Nord, il y a des centaines de personnes à notre porte qui n’ont pas entendu parler du Christ. Et les nations sont là aussi : Chinois, Polonais, Nigérians, Mexicains, Vénézuéliens, Italiens et Espagnols.

2. Écouter

Nous devons écouter le Seigneur, ce qu’Il dit, ce qu’Il veut faire en ce lieu et suivre Sa direction. Nous ne devons pas avoir peur d’essayer des choses nouvelles.

3. Vivre

Vivre dans une autre culture implique de considérer les valeurs et les croyances d’autrui différemment. Néanmoins, il est vraiment important d’être capable d’introduire une culture biblique dans notre communauté. Je suis reconnaissante d’avoir pu vivre à Taïwan, les yeux ouverts sur la culture thaïlandaise et d’avoir pu ressentir le cœur de Dieu pour les habitants. C’est la même chose en Irlande aujourd’hui. Alors qu’il y a 32 ans, des amis auraient pu venir à l’église avec nous, la culture a bien changé. Nous devons aller là où se trouvent les gens pour partager l’Évangile. À Taïwan, le ministère se déroulait souvent tard dans la nuit, avec des réunions l’après-midi dans le parc ou en partageant la Parole avec des employés des restaurants ou avec les commerçants. Ce même genre d’opportunités existe aussi à Belfast. Récemment, j’ai interpellé nos jeunes de l’église et les ai exhortés à ne pas se contenter d’acheter de la littérature chrétienne et de prier, mais de sortir pour aller la distribuer aux gens qui vivent autour de nous.

Hudson Taylor était connu pour sa sensibilité à la culture chinoise et son zèle pour l’évangélisation. Quand d’autres essayaient de s’accrocher à leurs habitudes britanniques, il cherchait des moyens d’affirmer la culture de ceux qu’il essayait d’atteindre. Si l’Évangile ne doit jamais être dilué ou adapté, nous devons être prêts à mettre de côté nos traditions, nos habitudes, nos façons de faire. Nous devons offrir aux autres la possibilité d’entendre la bonne nouvelle de l’amour de Dieu, d’une manière audible et au moment opportun.

4.  Apprendre

Nous avons besoin d’apprendre les uns des autres. Aucun d’entre nous n’a toutes les réponses ou tous les dons nécessaires, mais nous faisons partie d’une équipe au travers de laquelle nous cherchons à nous encourager mutuellement et, ensemble, à construire le royaume de Dieu là où Il nous a positionnés. A Taïwan, former des équipes était une priorité dans notre ministère, et aujourd’hui, je suis heureuse de faire partie d’une autre équipe en Irlande. Apprendre à prier ensemble au milieu du combat spirituel doit être pour nous une priorité.

5. Aimer

Il n’est pas toujours évident d’aimer ceux qui pensent, parlent et agissent très différemment de nous et pourtant nous sommes appelés à les aimer. Si nous ne sommes pas en mesure de manifester l’amour du Christ, alors tout ce que nous faisons ne sert à rien. Nous rappeler que nous aussi, nous avons connu l’amour et la miséricorde de Dieu devrait nous motiver à voir les gens comme Il les voit et à les aimer de Son amour.

David Livingstone disait : « Dieu, envoie-moi n’importe où, mais va avec moi. Charge-moi de n’importe quel fardeau, mais soutiens-moi. Et coupe tous les liens de mon cœur, sauf celui qui le lie au Tien. »

Linda McFerran

L’Église Presbytérienne de Woodvale dit ceci : « Linda nous aide beaucoup à trouver des occasions d’annoncer l’Évangile dans notre ville ».

Keith Duddy est le pasteur de Linda à l’église presbytérienne de Woodvale. Il  relate la manière dont Linda a aidé l’église.

Ma femme et moi sommes arrivés à Woodvale, Belfast, au milieu de l’année 2018 ; avant de partir en retraite, nous voulions une fois de plus servir le Seigneur là où Il nous conduirait. A ce moment-là Linda était toujours à Taïwan.

Bien que l’avenir de notre congrégation semblait incertain, nous avions toutefois remarqué que son emplacement constituait un atout ; en effet celle-ci se trouve juste à côté d’un parc populaire et notre bâtiment est au carrefour d’une intersection très fréquentée de la ville. Nous sommes entourés de centaines de maisons et de plusieurs commerces. Les gens ici mènent une vie dure et pénible, leurs cœurs sont fermés à l’Évangile.

Nous avons immédiatement commencé à témoigner dans la rue, dans le parc, et de porte à porte et nous avons prié le Seigneur d’aider les autres croyants engagés à faire de même.

Mes premières conversations avec Linda ont eu lieu alors qu’elle était encore à Taipei. Un mois avant son retour, elle m’a écrit pour me dire qu’elle priait que notre assemblée soit ravivée à nouveau.  Devant le trône de la grâce, j’ai murmuré : « Amen – ne nous rendras-Tu pas à la vie, afin que Ton peuple se réjouisse en Toi ? (Psaume 85:6).

Oui, nous aspirons à voir une église revivifiée, enflammée d’amour pour le Christ et pour ceux qui ne Le connaissent pas encore!

Je savais que Linda connaissait bien notre région et aimait ses habitants. Plus important encore, j’ai senti que son zèle pour l’Évangile, dans un cœur tendre et façonné par l’Esprit de Dieu à Taiwan, pourrait être un don du Seigneur pour Woodvale.

Grâce au soutien financier, notre comité de direction accepta avec joie de faire venir Linda en juin 2019 en tant que chargée des relations auprès des familles.

Fidèlement et avec enthousiasme, Linda met à notre disposition ses connaissances et ses expériences acquises à Taiwan. Elle nous rappelle la nécessité d’adapter notre travail et notre témoignage à notre contexte, et dans le cas de l’Irlande du Nord, c’est urgent car la culture évolue rapidement. Elle fait preuve d’un soutien sans faille pour la prière collective et personnelle. Elle su prouver en Asie qu’une voix pour Christ peut s’élever doucement en toutes circonstances et avec n’importe qui.

La ville de Woodvale offre aussi des occasions d’évangéliser et nous remercions humblement Dieu de nous permettre de les saisir avec l’aide de notre sœur, Linda.

Prier pour l’église presbytérienne de Woodvale :

▪        Pour que notre église soit fidèle, courageuse, et diligente dans l’annonce du Christ.

▪        Pour que les occasions d’apporter le sel et la lumière dans la ville se multiplient.

▪        Pour la sagesse, la clarté et la créativité dans notre annonce de l’Évangile pour que les gens puissent le comprendre et le recevoir.

 

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.