Le monde connaît des tempêtes, des inondations et des sécheresses de plus en plus graves, une dégradation généralisée des océans, des rivières, des sols, des forêts. La plupart des peuples de l’Asie orientale manquent de nourriture et d’eau, leurs maisons et moyens de subsistance sont détruits, générant migrations, maladies et décès. 

Avec la pression démographique croissante, de nombreuses personnes n’ont d’autre choix que de vivre sur des terres marginales particulièrement vulnérables à ces impacts et catastrophes naturelles. 

Nous assistons également à une perte de la biodiversité à grande échelle dans les écosystèmes terrestres et marins. En outre, la consommation des ressources de la terre ne respecte pas les principes de développement durable. 

La protection de la création fait partie intégrante de la vision et de la mission de l’OMF. En fait, l’OMF a été engagée dans diverses formes de mission intégrale depuis les années 1870. Considérant le mandat biblique de prendre soin de la création, et en réponse aux défis écologiques croissants de l’Asie orientale et au-delà, l’OMF s’est engagée à prendre soin de la création. 

APPORTER L‘ÉVANGILE DANS TOUTE LA CREATION

Depuis 2013, j’ai travaillé dans le domaine de la conservation de la nature puis en tant que conseiller en pratiques commerciales écologiquement responsables en Malaisie. 

Cela m’a amené à apprécier le rôle unique que l’Évangile joue face aux préoccupations mondiales de plus en plus urgentes concernant le changement climatique, la perte de la biodiversité et la pollution. 

Dans mon travail avec une ONG internationale de protection de l’environnement, j’ai constaté que les gens ont tendance à ne pas considérer la protection de l’environnement comme un élément fondamental du bien-être économique et social. Par exemple, l’ONG a fait pression pour protéger une zone humide d’importance nationale. Il s’agit d’une zone de frai pour les mérous, un poisson important pour la subsistance des pêcheurs dans tout le pays. Malheureusement, cette protection n’a pas été prolongée et les stocks de poissons ont diminué de 95 %, faisant flamber le prix du poisson. Lorsque j’ai pris ce rôle de conseiller en pratiques commerciales responsables, j’ai rencontré des réflexions similaires. Les entreprises se trouvent face à un choix : soit elles continuent de générer des profits, soit elles choisissent de protéger l’environnement. Elles optent souvent pour les profits. 

Cependant, je suis encouragé par le fait que des entreprises avant-gardistes commencent à adopter de nouvelles attitudes, notamment dans le secteur où je travaille maintenant, en s’engageant contre la déforestation. Des millions d’hectares de forêts ont ainsi été préservés, et les droits du travail réexaminés, sans pour autant négliger la viabilité commerciale. 

Il est évident que nous devons éviter tout compromis inutile et nous efforcer de conserver tous les objectifs importants pour la société, l’environnement et l’économie. C’est là que l’Évangile de la rédemption de toute la création par Dieu crée le fondement solide d’une réflexion plus rigoureuse : « De quelle manière équilibrerons-nous les trois priorités que sont la société, l’environnement et l’économie », « Comment ferons-nous pour éviter des compromis préjudiciables ? «  

Je ne cesse de me demander ce qui se passerait si plus de chrétiens dans le monde des affaires posaient les mêmes questions dans le cadre de leur démarche de foi.

–Ken
En 2008, on a aidé Ken à comprendre que sa vocation était de prendre soin de la création. Ken travaille maintenant dans le domaine du développement durable et des pratiques commerciales responsables et soutient sa femme qui aide les gens à se rapprocher de la nature grâce à son entreprise de jardinage alimentaire. 

Start typing and press Enter to search