2020 est une année bissextile. Dans le calendrier chinois, c’est l’année du rat.

Pour ma part, l’année 2020 aura été l’année de la gomme.

En tant que Coordinateur International pour l’Evangélisation, j’ai l’habitude de beaucoup voyager dans toute l’Asie de l’Est  pour parler des stratégies du ministère, aider à la formation de nos  collègues et prendre part à des consultations. Par conséquent, une bonne partie de mon travail se planifie à l’avance et une fois le programme décidé, j’ai pour habitude de le noter dans un agenda de poche. Pendant des années, je me suis servi d’un stylo pour écrire ces dates mais en 2020, les choses étaient tellement incertaines que j’ai commencé par utiliser un crayon de papier, d’où ces taches de gomme sur chaque page de mon agenda qui prouvent que des évènements ont été annulés.

En plus de cela, des tas d’activités qui normalement ont lieu en tête-à-tête se sont transformées en réunions virtuelles. Je dus mettre au point un nouveau système pour enregistrer la plateforme qui serait utilisée à cet effet et dans bien des cas, il fallait aussi noter et le lien et le mot de passe de chaque réunion.

Au début du confinement du COVID-19, je me sentais à l’aise pour faire ces réunions depuis un  cybercafé mais plus la quarantaine se prolongeait, plus la quantité de réunions virtuelles augmentait aussi. J’appris vite quelle quantité je pouvais gérer par jour et cette information influença mon programme pour les réunions à venir.

Il y a quelques mois, j’ai commencé de planifier l’année  2021. Je remarquai qu’il y avait moins d’évènements que d’habitude mais suffisamment quand même pour nécessiter un agenda de poche. En général à Manille, on en trouve chez les libraires dès le mois de septembre mais fin octobre, je n’en avais toujours pas trouvé un seul. J’ai commencé par me poser des questions: “et si les libraires et les imprimeurs savaient quelque chose que je ne savais pas? Et si l’année 2021 avait été annulée ou reportée?”

Au final, je fabriquai mon propre agenda; certaines pages sont entrain de se remplir mais j’y inscrits les dates au crayon de papier. Ma gomme n’est jamais très loin, prête à l’action. Alors que je fais mon programme, les paroles de Jacques chapitre 4, verset15 résonnent en moi:

“vous devriez dire au contraire : si Dieu le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela ” (LSG).

Ce rappel me poussa à créer une liste de vœux pour la première partie de l’année:

Si Dieu le veut, les assemblées se réuniront à nouveau pour célébrer leurs cultes d’adoration.

Si Dieu le veut, les moyens de subsistance de millions de foyers affamés seront restaurés.

Si Dieu le veut, les portes des écoles s’ouvriront à nouveau pour y laisser entrer des étudiants qui souffrent de solitude.

Si Dieu le veut, mon stylo reprendra du service et mon crayon avec sa gomme prendront de longs congés.

–Andy Smith
Coordinateur International OMF pour l’Evangélisation

Start typing and press Enter to search