Il était presque minuit quand je reçus un nouveau message par WhatsApp; ça venait d’un de mes soutiens à Singapour qui disait qu’il allait prier pour mon ministère car je devais enseigner le lendemain dans une université chrétienne de la région de Tokyo.

J’étais dans les préparatifs de dernière minute pour mon cours en ligne. On m’avait invitée à faire cet enseignement juste avant que la crise du COVID-19 ne frappe le monde. Avant de m’en rendre compte, la pandémie avait changé nos quotidiens. La plupart des cours d’université-dont le mien- étaient passés en ligne. J’avais pour habitude de compter sur mon défunt mari pour toutes les questions informatiques mais depuis son retour inattendu vers le Seigneur cinq ans auparavant, je n’avais pas eu d’autres choix que de développer d’autres compétences. Malheureusement, mes connaissances en informatique étaient assez élémentaires, guère plus que celles de ma fille de huit ans.

Alors enseigner en ligne était un énorme défi pour moi et il m’arrive d’avoir à gérer des problèmes technologiques, juste avant de démarrer mon cours et c’est ce qui s’était passé le jour après avoir reçu ce message vers minuit.

J’étais déjà stressée ce jour-là car j’avais pris du retard dans ma préparation à cause d’autres engagements cette même semaine. J’avais déjà envoyé des SMS à plusieurs de mes partenaires de prière leur demandant de prier pour mon cours mais sept minutes avant le début, mon ordinateur se mit à réagir bizarrement. Je sentis la tension monter et redémarrai mon ordinateur mais ça ne marchait toujours pas. Je respirai profondément et me souvint des prières de mes fidèles partenaires; je me mis à prier moi aussi et l’ordinateur redémarra.

On pu commencer le cours à temps et je n’eu aucun problème pendant toute la classe. En fait, ce cours fut particulièrement agréable. Mes étudiants étaient très intéressés par le sujet et accrochèrent bien avec les éléments proposés. A la fin du cours, plusieurs d’entre eux me dirent combien cela leur avait été utile pour leur vie et leur ministère. Une fois de plus, je fus étonnée de la manière dont le Seigneur avait agit en réponse à toutes les prières de mes fidèles partenaires de mission.

Parfois le Seigneur nous conduit à faire une tâche qui semble au-dessus de nos possibilités mais le Seigneur qui nous appelle est fidèle—Il ne manque jamais de pourvoir au moyen d’accomplir Sa volonté. Même s’Il pourvoit à nos besoins de différentes manières, Il utilise constamment les prières de Ses saints pour faire tomber les barrières de son royaume. Tout comme Aaron et Hur, qui soutinrent les mains alourdies de Moïse dans le combat contre Amalek (Exode 17), nos partenaires de prière du monde entier nous soutiennent aussi, soutenant nos mains affaiblies et nous aidant dans l’œuvre glorieuse du Seigneur. Je remercie Dieu d’avoir pourvu à chaque guerrier de prière fidèle qu’Il m’a donné pour mon ministère au Japon.

Une des valeurs d’OMF Japon est celle-ci: nous dépendons de Dieu- nous vivons par la foi, nous Le cherchons dans la prière et nous nous soumettons à Sa volonté. Quelle joie et quelle bénédiction de servir le Seigneur avec une équipe de frères et sœurs qui par la prière me permettent de persévérer et de Le voir à l’œuvre. Que toute la gloire soit pour notre Dieu!

Et si on priait pour le Japon?

  • Priez pour les missionnaires qui ont souvent l’impression que Dieu les a conduits à faire des choses qui sont au-delà de leurs capacités.
  • Priez pour que de nouveaux missionnaires viennent se joindre à nous, des gens prêts à dépendre de Dieu en toutes choses.
  • Priez pour ceux qui soutiennent les missionnaires dans la prière: qu’ils reconnaissent l’importance de leur rôle pour toucher le peuple japonais pour Christ.

Start typing and press Enter to search