Ray Kroc, le fondateur de McDonald a dit un jour: « le dimanche, je crois en Dieu, en ma famille et en McDonald – et au bureau, l’ordre est inversé. »

Lorsque les chrétiens abordent la vie sous cet angle, ils s’excluent eux-mêmes de l’agenda missionnaire de Dieu sur leur lieu de travail.

Lors d’un commentaire sur le rapport de l’Eglise Anglicane intitulé  libérer le peuple de Dieu”,  l’Institut Londonien du Christianisme Contemporain écrit ceci: si vous voulez voir les 98% de chrétiens qui ne sont pas ordonnés être équipés et envoyés pour la mission et le discipulat dans leur quotidien du lundi au samedi, alors nous devons voir deux changements majeurs s’opérer dans la culture de l’église. 1. Faire de la formation de tous les disciples de Jésus- et pas seulement ceux qui sont ordonnés ou sont dans des ministères chrétiens à plein temps- une priorité : pour suivre  Jésus avec confiance dans chaque sphère de la vie  et manifester ainsi l’Evangile. 2. Reconnaitre que laïcs et clergé sont égaux en valeur et en statut… et sont partenaires à égalité dans la mission.’’

Ces deux changements doivent également se produire dans les agences missionnaires parmi les églises avec lesquelles nous sommes en lien en Asie de l’Est, et être incorporés dans la manière dont nous considérons les mouvements missionnaires autochtones.

Les peuples d’Asie de l’Est ne seront pas touchés par l’Evangile si nous nous appuyons  uniquement sur le modèle missionnaire traditionnel ou sur des évangélistes ou des serviteurs à plein temps qui implantent des églises. Voici pourquoi en trois raisons:

  1. L’époque où nous cherchions à obtenir un visa pour partir en mission à l’ancienne à plein temps est révolue depuis longtemps.
  2. Même si dans certains endroits on peut encore envoyer de tels missionnaires, ce n’est pas forcément la meilleure manière de créer des liens avec les gens ou de leur offrir un modèle authentique d’une vie de disciple.
  3. La viabilité des modèles financiers qui dans le passé ont permis de financer les agences missionnaires occidentales et leurs ouvriers est remise en question.

C’est pour ces raisons qu’il nous faut voir un changement dans l’approche des agences missionnaires. Voici trois initiatives missiologiques en lien avec les défis soulignés par l’article de John Davenpor intitulé: Missionnaire Professionel: Profesionnel Missionaire?

1. Passer d’un modèle centré sur le missionnaire professionnel à des modèles qui facilitent davantage la formation et l’équipement de professionnels en mission.

C’est à dire apprendre à reconnaitre le lieu de travail comme un lieu de mission qui donne un contexte propice à la formation de disciple de toute une vie. C’est dans le milieu professionnel que des collègues peuvent voir ce qu’est un vrai disciple de Jésus. C’est aussi un moyen d’avoir son propre soutien financier, à l’instar de l’apôtre Paul par exemple, ou des frères Moraves ou encore de William Carey.

2. Passer d’une approche fragmentée de la vie, du travail et de la mission à une approche beaucoup plus intégrée.

John explique dans son article, que lorsque vous êtes au travail, vous êtes plus proche de ceux qui ont besoin d’entendre et de voir l’Evangile, alors qu’il est plus difficile de nouer des liens avec des gens tout en gérant des contraintes de temps lorsque vous vous trouvez dans un contexte culturel différent.

On peut ainsi réduire de telles pressions si nous adoptons un cadre théologique plus intégré mais si nous n’accordons que peu de valeur au ‘travail’  et qu’il ne représente pour nous qu’un moyen d’être dans un pays pour poursuivre le soi disant ‘véritable ministère’, alors les pressions ne feront que se multiplier. On peut remédier à cette vision fragmentée de la vie et du ministère lorsque nous considérons la  continuité entre création et rédemption, et que nous reconnaissons ce que signifie vivre à la manière de Paul (à l’opposé de la règle de vie que Ray Kroc semblait avoir adopté): ‘Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père’. (Col. 3:17).

Chris Wright pose cette question perceptible :

Est-ce que vous considérez votre travail comme un mal nécessaire ou seulement comme un contexte d’occasions propices à l’évangélisation? Ou est-ce que vous le voyez comme le moyen de glorifier Dieu en prenant part à Ses desseins pour la création et en y voyant sa valeur intrinsèque? Quel lien faites-vous entre votre travail quotidien et les enseignements de la Bible concernant la responsabilité de l’homme dans l’œuvre de la création et dans la société?

3. Ne plus voir son activité comme étant purement fonctionnelle mais comme faisant partie intégrante de la mission de Dieu.

Vivre sous la seigneurerie intégrée de Jésus dans le milieu professionnel ne signifie pas forcément être assis à un bureau bien rangé et avoir un planning bien tranquille. Comme le dit John: «  quelque soit l’endroit où nous travaillons, nous devons être prêts à suivre le programme de Dieu et non le nôtre, et à nous attendre à être bousculé. » Mais si notre cadre général  est la seigneurerie intégrée de Jésus, nous réaliserons que nous sommes mieux équipés pour nous attacher à la vérité et même si notre programme de travail a été orchestré par quelqu’un d’autre, Dieu trouvera le moyen d’y introduire Son programme à Lui, au travers de son actes, de nos réactions et de nos réponses. C’est alors que nous verrons, comme le dit le credo pour l’Institut de Washington que ‘la vocation fait partie intégrante de la mission de Dieu, ce n’est pas quelque chose d’accessoire.

Nous serions ravis de partager avec vous les différentes manières d’utiliser vos dons et compétences dans le cadre d’un travail qui vous permette de gagner votre vie tout en étant dans un lieu ou dans un pays où votre présence serait une grande source d’encouragement pour des chrétiens autochtones, où dans des lieux où l’évangélisation à ciel ouvert est difficile.

Dr. Peter Rowan
Directeur National d’OMF (UK)

Cette histoire a été premièrement publié dans le magazine d’OMF (UK)Billions magazine May – Août 2017.

Et si on priait pour le Ministère Au travail?

  • Priez pour les églises et pour les agences missionnaires alors qu’elles reconsidèrent le rôle de la mission pour Dieu sur le lieu du travail et ce que cela implique pour elles.
  • Priez pour une meilleure compréhension intégrée des différents aspects que représentent la vie, le travail et la mission.
  • Priez pour que davantage de chrétiens et d’églises perçoivent la vocation comme faisant partie intégrante de la mission pour Dieu plutôt que de la voir comme quelque chose d’accessoire.

Start typing and press Enter to search