Nouvelles et récits

ព័ត៌មាននិងរឿងផ្សេងៗ

5 manières d’accueillir les étudiants internationaux

Vous avez peut-être des étudiants internationaux dans votre cours. Ou vous avez peut-être remarqué des groupes d’étudiants d’Asie de l’Est dans votre ville. En 2019/20, on comptait jusqu’à 500000 étudiants internationaux juste au Royaume-Uni.

Alors comment les accueillir au nom de Jésus?

Nous avons demandé à Ho, un missionnaire OMF qui a connu le Seigneur lorsqu’il était étudiant à l’étranger, de partager avec nous 5 manières d’accueillir les étudiants étrangers. Après avoir servi au sein d’OMF au Japon dans diverses fonctions pendant 13 ans, Ho travaille désormais en Irlande du Nord avec son épouse Laura-Jane, pour aider les étudiants étrangers à rencontrer Jésus tout en servant en tant que Coordinateur de Mobilisation DRM.

Par où commencer pour apprendre à connaître les étudiants internationaux?

Au Royaume-Uni, les gens peuvent certainement contacter Friends International ou d’autres agences qui travaillent avec les étudiants internationaux et qui leur fourniront les informations nécessaires. Toutefois, il est toujours préférable de commencer par la prière, en demandant à Dieu de vous conduire et de vous guider auprès d’eux. 
Laissez-moi vous raconter l’histoire d’une jeune étudiante originaire du Japon qui venait d’arriver en Angleterre. Elle se démenait pour trouver un endroit où acheter une couette pour sa nouvelle chambre afin de pouvoir s’installer pour sa première nuit. Il était déjà tard, le ciel s’assombrissait et elle commençait à s’inquiéter. 
Une personne du quartier l’a remarquée et lui a demandé si elle avait besoin d’aide. Cette dame s’est avérée être une chrétienne et a pu l’aider à trouver ce dont elle avait besoin. Elles ont échangé leurs coordonnées. Un peu plus tard, la chrétienne a pu l’inviter à venir dans son église et participer à des études bibliques. Après quelques mois d’études au Royaume-Uni, l’étudiante est rentrée au Japon avec un grand intérêt pour Dieu et pour la Bible. C’est elle qui nous a été d’un grand secours lorsque nous cherchions un logement au Japon dans la nouvelle ville où nous étions affectés. Non seulement ce que cette chrétienne avait  fait au Royaume-Uni avait béni cette étudiante, mais également les missionnaires qui étaient venus travailler dans son pays d’origine. 

1. Faites preuve d’ouverture d’esprit  en étant accueillant et hospitalier – allez jusqu’au bout.

Lorsque j’étais doctorant international au Japon, une famille chrétienne japonaise m’invitait à dîner chez elle environ une fois par mois. Elle nous a demandé aussi d’inviter d’autres étudiants étrangers un par un, et elle est devenue assez proche de plusieurs d’entre eux. Nous les avons aidé à rencontrer des personnes originaires de pays comme l’Éthiopie, l’Indonésie, la Chine et le Nigeria. Cette famille a gentiment partagé avec nous une maison confortable (ce que nous n’avions pas !), de la nourriture délicieuse, des conversations amusantes et un espace pour parler du Seigneur et nous rentrions toujours renouvelés et ravis après avoir passés du temps chez eux. Cette famille faisait toujours en sorte que les étudiants internationaux se sentent spéciaux en célébrant leurs anniversaires, les mariages ou les naissances des bébés, et en faisant preuve d’attention envers eux dans les moments difficiles. Plus tard, lorsque ma femme et moi eurent notre premier enfant, ils nous rendirent visite à la maternité et nous apportèrent à manger plusieurs fois au cours des semaines suivantes. 
De la même manière, ma femme et moi avons aussi ouvert notre maison aux étudiants japonais et étrangers au Japon, individuellement ou par petits groupes mais aussi les vendredis lors de soirées ouvertes à tous autour d’un repas, de jeux, de discussions libres et lecture de la Bible. Nous les mettons à l’aise en leur offrant un dîner, un lieu pour se détendre et pour discuter. Notre salon fut le souvent le théâtre de discussions animées et de fou-rires. Il arrivait parfois que la conversation se prolonge tard et que quelqu’un rate son dernier bus ou train, mais dans ces moments-là, lorsque nous les ramenions chez eux, nous pouvions alors discuter un peu plus en profondeur, voir où ils vivaient et montrer que nous nous soucions d’eux et de leur sécurité. C’est souvent en chemin que Dieu nous a permis d’avoir des conversations plus ouvertes. 
Lorsque les chrétiens font un effort supplémentaire, ils mettent en pratique les paroles de Dieu qui dit à Son peuple : « Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir« . (Hébreux 13:16).

2. Soyez authentique et montrez de l’intérêt pour leur vie et leur culture

Un jour, nous avons donné à nos invités une feuille blanche pour dessiner leur profil (lieu de naissance, famille, nourriture, culture). C’était très amusant de voir chacun d’entre eux se présenter à sa manière dans le dessin. Tout le monde a posé des questions pour en savoir plus et nous avons sorti la carte du monde pour que chacun puisse indiquer son lieu et pays d’origine. 

Comme ils se sentaient à l’aise, nous leur avons donné l’occasion de cuisiner des plats de leur pays pour que tout le monde puisse les goûter et les apprécier. Ils étaient très contents de pouvoir partager ce qu’ils voulaient que les autres sachent sur leur habitudes culinaires et sur leur culture, et cela nous a donné l’occasion d’en savoir plus sur eux en tant que personnes. Cette atmosphère détendue a permis aux étudiants d’apprécier ces moments d’amitié, de s’ouvrir davantage sur leur vie et d’apprendre à mieux se connaître mutuellement. 

3. Cherchez à devenir un ami de confiance à vie, même lorsqu’ils repartiront chez eux.

Un de nos amis nous a demandé un jour : « Est-ce que je serai toujours votre ami, même si je ne me convertis pas? »

Lorsque nous traitons les gens comme des personnes, et non comme des projets, il est très probable que leur porte reste ouverte à une amitié véritable basée sur la confiance. En tant que disciples de Jésus-Christ, nous désirons bien sûr voir nos nouveaux amis s’approcher du Seigneur et Le suivre et le meilleur cadeau que nous puissions leur faire, c’est de pouvoir retourner dans leur pays d’origine avec Jésus pour leur propre salut mais aussi pour qu’ils puissent à leur tour transmettre Sa bénédiction à leur famille élargie, leurs amis, leur pays d’origine et au-delà. Quoi qu’il en soit, qu’ils choisissent de suivre le Seigneur ou non, les étudiants apprécieront de rester en contact avec leurs amis étrangers. Il ne nous appartient pas de les juger ou de faire pression sur eux, mais de continuer à leur témoigner de l’amour de Christ. Leur réaction favorable ou engagement initial à suivre la personne de Jésus maintenant n’est souvent qu’une partie de leur cheminement chrétien et Dieu continuera d’œuvrer dans leurs vies pour les amener à mieux Le connaître. Même s’ils ne retournent pas chez eux convertis à Jésus, leur expérience d’amitié partagée avec des chrétiens changera certainement leur perception des chrétiens chez eux et les incitera peut-être à chercher Dieu plus tard.

À notre époque du numérique, il est facile de rester en contact avec les gens par le biais du courrier électronique, des réseaux sociaux et bien sûr de Zoom. La création d’une liste de diffusion ou d’un groupe WhatsApp/Signal peut contribuer à entretenir ces amitiés. Vous pourrez peut-être même leur rendre visite dans leur pays d’origine. En général, les étudiants qui sont rentrés chez eux sont plus que ravis de pouvoir accueillir des amis venus d’ailleurs. De telles visites sont bien plus passionnantes qu’une simple visite touristique, surtout lorsqu’il y a de véritables amis à revoir. 

Dans les années 1980, le pasteur d’une église locale a accueilli des étudiants internationaux chez lui et dans son église. Leur relation s’est développée dans le respect et la confiance. Après avoir obtenu son diplôme, l’étudiant est retourné dans son pays d’origine, est devenu médecin dans un hôpital, s’est marié et a eu des enfants. Lorsque leurs enfants ont grandi, l’un d’entre eux est allé étudier dans le même pays et dans la même université où son père avait étudié. Elle visita la même église locale que son père  et la fréquenta tout au long de ses études. La bénédiction issue de cette amitié fut transmise à la deuxième génération et reste un trésor familial, tout en continuant de bénir cette assemblée locale.

4. Donnez-leur de savoir que vous vous souciez d’eux et priez pour eux et pour leurs familles restées au pays.

Lorsque j’étais étudiant à l’étranger, ma mère est décédée, un mois seulement après mon arrivée. N’ayant pu assister à ses obsèques, j’ai pu toutefois retourner au Cambodge peu de temps après. J’étais très triste et sous le choc, mais le fait qu’un chrétien se soit levé très tôt le matin pour prendre le train avec moi jusqu’à l’aéroport m’avait énormément réconforté; il est également revenu me chercher à mon retour.  Il a fait pour moi ce que ferait un père ou un oncle bienveillant, et cela m’a beaucoup aidé de savoir que je n’étais pas seul.

Une étudiante internationale chrétienne a récemment déclaré combien elle était reconnaissante d’avoir reçu un SMS d’une amie qui l’hébergeait, pour lui faire savoir qu’elle priait pour elle. Elle a poursuivi en disant combien il était important pour elle de savoir qu’on priait pour elle. La même étudiante a recommandé d’organiser de temps en temps un appel vidéo pour prier ensemble, car de nombreux étudiants étrangers sont confrontés au choc culturel inversé à leur retour chez eux. Le fait de bénéficier de ce type d’attention et de soutien de la part de leurs amis du pays d’accueil peut vraiment les encourager dans leur processus de réintégration. Ils auront besoin d’aide pour se connecter à une bonne église locale dans leur pays d’origine. 

Pour ceux qui ont appris à connaître Jésus à l’étranger, ce type de lien peut être une bouée de sauvetage. Nous ne savons jamais quelles sont les difficultés qu’ils rencontrent, qu’il s’agisse de la tentation, de la pression de la famille ou des défis de la réadaptation à leur pays d’origine. Pour ceux qui ne connaissent pas Jésus, l’attention continue que vous leur portez leur permettra de s’ouvrir à vous en cas de difficulté à leur retour. Votre bienveillance permanente reste une expression de l’amour du Christ, et c’est Dieu qui continue à agir dans leur vie après leur départ.

5. Partagez avec eux votre vie et votre histoire – présentez-les à votre famille et à vos amis pour élargir leur cercle de connaissances et d’expérience auprès de multiples modèles chrétiens.

Un pasteur d’Asie de l’Est nous a dit un jour qu’une grande partie du ministère auprès des étudiants étrangers consistait à leur ouvrir la porte de notre vie et de notre foyer.  « Assures-toi, me disait-il, qu’ils voient ce qu’est un foyer chrétien – votre couple, l’éducation des enfants, la façon dont vous gérez les difficultés. » Pour les étudiants étrangers qui n’ont pas grandi dans des foyers chrétiens, offrir un modèle de famille chrétienne est vraiment utile.

Certains étudiants ont des relations difficiles avec leurs parents ou n’ont pas eu de figure paternelle à la maison. Lorsqu’ils voient comment les parents chrétiens, en particulier les pères, se comportent avec leurs enfants, cela peut les aider à vouloir en savoir plus sur l’amour de Dieu. Bien sûr, aucune famille n’est parfaite, et nous devons aussi être honnêtes et réels quant à nos  difficultés. Mais en partageant notre vie et notre histoire, et la façon dont la grâce de Dieu nous transforme, nous les aidons à voir l’Évangile de Jésus en action. 

N’oubliez pas que les gens aiment écouter des histoires vécues. La plupart des internationaux aiment également interagir avec les générations plus âgées et ont beaucoup de respect pour les personnes âgées. Rencontrer des grands-parents, des parents ou des amis plus âgés peut aider une personne à se sentir plus à l’aise chez elle, car des personnes de toutes les générations lui manqueront dans son pays. 

Lorsque nous donnons naturellement l’occasion aux étudiants étrangers de rencontrer le plus grand nombre possible de chrétiens de tous âges, de toutes cultures et de tous horizons, ils peuvent entendre des récits de vies transformées par la grâce de Dieu. Ils verront Jésus à l’œuvre dans la vie de différentes personnes et découvriront le sens de la communauté chrétienne, plutôt que de dépendre d’une ou deux personnes seulement. Lorsqu’ils deviendront à leur tour disciples de Jésus, ils auront déjà un véritable aperçu de la vie chrétienne et des modèles à suivre, car ils apprendront de plusieurs personnes en même temps. 

J’espère que mes propos vous ont encouragé à prier davantage pour les étudiants étrangers qui vivent dans votre région, et vous ont aidé à trouver la bonne manière d’agir selon que le Saint-Esprit vous y conduit dans le contexte qui est le vôtre.

Prochaines Étapes

1. Découvrez qui sont les étudiants étrangers de votre région, et de quels pays ils sont originaires. Pour ce faire, il vous suffit de prêter attention à ce qui se passe autour de vous, comme dans l’histoire de cette étudiante japonaise qui cherchait à acheter une couette. 

2. Découvrez ce que les églises locales, les chrétiens en général et les unions chrétiennes font dans votre région pour toucher les étudiants étrangers. Proposez-vous comme bénévole.

3. Liez-vous personnellement d’amitié avec un ou plusieurs étudiants étrangers en leur offrant l’hospitalité et une aide pratique en cas de besoin. N’hésitez pas à leur demander ce dont ils ont besoin.

4. Associez-vous à d’autres ministères qui œuvrent auprès des  des étudiants étrangers; devenez bénévole auprès de l’équipe OMF Diaspora Returnee Ministries ou d’organisations comme Friends International au Royaume-Uni.

5. Priez et invitez d’autres chrétiens à prier avec vous. L’équipe DRM d’OMF envoie des sujets de prière quotidiens dans l’application PrayerMate app pour vous guider et peut vous fournir également sur demande d’autres ressources pour approfondir la prière sur certains sujets.

Partager cette publication

Participez

Avoir des questions? Envoyez-nous un e-mail.

Pour vous aider à mieux servir, veuillez remplir tous les champs (obligatoires). Votre requête sera transmise à l’équipe OMF compétente.

Contact Form - FR

En cliquant sur Soumettre, vous acceptez que nous traitions vos informations conformément aux termes de notre politique de confidentialité.

Vous êtes sur le site d’OMF International.
Nous avons un réseau de centres à travers le monde.
Si votre pays/région ne figure pas dans la liste, veuillez sélectionner notre site international.